Que cherchez-vous ?

Un logiciel de mode sauve la terre, découpe après découpe

Un logiciel de mode sauve la terre, découpe après découpe

Le respect de l’environnement est le mot en vogue dans l’industrie de la mode vestimentaire.

Ce mouvement écologique continue d’avoir un impact sur l’industrie. Des quatre coins du monde, les créateurs lancent des produits qui s’accordent avec cette nouvelle tendance. Costumes en tweed, tissus faits de bouteilles en plastique recyclé, vêtements en coton fabriqués à partir de textiles recyclés sans produits chimiques. Une bande de cassette audio recyclée et tissée a même été créée pour le label écologique. Depuis 2009, la perception que la démarche de respect de l’environnement se limite à l’utilisation de tissu recyclé ou organique est dépassée.

Au-delà de l’utilisation de matériaux et de patrons recyclés, nait une approche écologique différente : le déploiement de technologies logicielles existantes pour réduire le gaspillage associé à l’industrie de la mode. Les entreprises adoptent déjà des processus plus « verts » grâce à la mise en œuvre d’applications spécialisées pour gérer automatiquement la consommation d’énergie des PC, consolider les serveurs et intensifier le stockage éco-énergétique, ainsi qu’à d’autres initiatives liées au matériel. Or bien souvent, les entreprises négligent les avantages qu’il y a à utiliser des logiciels spécialisés dans l’industrie textile et de la mode pour protéger davantage la planète.

Aujourd’hui, les acteurs de la mode ont ouvert un nouveau volet « vert » dont l’approche dépasse la simple utilisation de matériaux et de patrons recyclés.

À ce titre, des logiciels de CAO spécialisés pour le textile, tels que les solutions Optitex ont dernièrement été présentés, comme l’un des recours écologiques pour l’industrie de la mode. Des logiciels de ce type ont été développés pour permettre aux stylistes et aux confectionneurs de créer leurs lignes de vêtements sans même couper de tissu. Dans de nombreuses sociétés, la responsabilité sociétale et une démarche respectueuse de l’environnement ne sont pas mutuellement exclusives, mais au contraire intimement liées. En déployant des outils de CAO 2D et 3D, les créateurs éliminent virtuellement le gaspillage de tissu et réduisent la consommation de papier et d’électricité et, surtout, d’énergie liée au transport d’échantillons physiques sur de longues distances.

De tels logiciels continuent d’impressionner, notamment avec le lancement de la messagerie électronique 3D. Désormais, les créateurs peuvent réduire le recours constant à des camions et à des services de livraison et agir positivement sur la pollution liée à cette utilisation intensive. La mise en œuvre de logiciels verts se traduit également par une réduction de la consommation de papier utilisé. Les créateurs peuvent aussi alléger leurs dépenses en tissu gaspillé découlant de la modification de leurs lignes de vêtements. Dernièrement, les utilisateurs de tels logiciels ont découvert comment il est possible d’organiser tout un défilé de mode télévisé en consommant beaucoup moins de tissu et quasiment pas de papier. De nos jours, les modèles sont imprimés sur du papier pour patrons à condition que le style final soit acceptable. Cette nouvelle approche aide les enseignes de mode et les confectionneurs à rationaliser la planification des processus de fabrication. Il en découle une diminution allant jusqu’à 70 % des coûts d’utilisation d’échantillons et une accélération de la mise sur le marché.

« Personne ne peut se permettre de fermer les yeux sur les préoccupations environnementales et les différents coûts écologiques, humains et financiers impliqués », selon le créateur Zorana Kozomara. « Je suis d’avis que nous ne pouvons plus faire figure d’hypocrites en nous contentant d’utiliser des tissus respectueux de l’environnement et en négligeant l’incroyable gaspillage lié à la consommation de rouleaux de papier, de tissu et de mousseline. Nous devons être cohérents dans notre approche de consommation des ressources. L’utilisation de logiciels favorise cette cohérence. »

Un autre objectif écologique a été atteint grâce à l’intégration d’un logiciel de CAO unique dont les outils simulent toutes les activités de préproduction liées à l’essayage, la visualisation et la variation de coloris. Par ailleurs, ce logiciel « vert » est spécifiquement conçu comme moyen de communication entre les différents intervenants : détaillants, sous-traitants, stylistes, patronistes, confectionneurs, ainsi que les services d’ingénierie, de merchandising et de gestion. À cet égard, les coûts de communication sont considérablement réduits puisqu’il devient inutile d’expédier ne serait-ce qu’un petit morceau de tissu. Les frais de déplacement liés à la présentation des lignes de vêtements et à la fabrication de tissus d’ameublement sont ainsi éliminés.

Les logiciels spécialisés disponibles sur le marché créent un monde virtuel pour les créateurs qui peuvent tester leurs prototypes de vêtements et d’autres types de textiles. Les mannequins à l’écran ne sont pas des créatures rigides à taille unique. Ces avatars 3D offrent des mensurations réglables et plusieurs types de postures. Les utilisateurs de ces logiciels conçus spécifiquement pour l’industrie de la mode et du textile peuvent également créer leurs propres mannequins à partir d’une taille de base, ce qui se traduit par un gain de temps pour l’essayage. Ces technologies permettent d’accélérer la mise sur le marché dans la mesure où les délais de développement des produits sont eux-mêmes écourtés, et de réduire les coûts et les déchets associés à la fabrication de plusieurs itérations d’un même échantillon. Grâce à une modélisation précise, la qualité du produit final s’en trouve également améliorée. Les technologies 3D étant arrivées à maturité, elles offrent aujourd’hui des solutions qui dépassent les activités de la chaîne d’approvisionnement. En ligne depuis peu, elles permettent à des enseignes de mode d’offrir une vue 3D complète de leurs vêtements grâce à des animations statiques et dynamiques. Les marques peuvent maintenant proposer à leurs clients des modèles 3D en ligne pour simuler le contenu tactile et visuel de leurs collections. En améliorant l’expérience d’achat des consommateurs grâce au déploiement d’une plate-forme plus performante pour le shopping en ligne, les acteurs de la mode renouvellent et optimisent le message marketing qu’ils transmettent à leurs clients.

La réussite des logiciels verts dépend de l’étroite collaboration entre les fournisseurs de solutions et les grandes écoles de stylisme dans l’optique d’intégrer ces logiciels aux programmes d’enseignement. Par le passé, l’industrie textile a perdu du terrain sur le plan technologique en continuant à utiliser des méthodes de fabrication révolues et chronophages. Les technologies de prototypage sont déjà en avance sur leur temps grâce aux initiatives d’entreprises comme NVIDIA, leader mondial des technologies visuelles et inventeur de la GPU, qui a choisi de coopérer avec des apporteurs de solutions pour la mode comme Optitex dont la technologie a été propulsée dans le 21e siècle. Le succès de tels logiciels sera au final abouti lorsque la mode nouvelle génération utilisera cette technologie. Tout comme les auteurs choisissent ce qu’il y a de mieux en matière de logiciel de traitement de texte, les technologies de mode deviendront la norme pour le secteur du textile.